16 Dec 13 26 Apr 16

Paludisme

Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la Santé, le paludisme a tué 660 000 personnes en 2010 et en a infecté 216 millions. 90 pour cent des décès sont survenus en Afrique.

En 2012, MSF a traité 1 642 800 personnes atteintes du paludisme.

Malgré une chute de 25 pour cent du taux de mortalité dû au paludisme depuis 2000, chaque minute, un enfant meurt encore du paludisme en Afrique.

Le paludisme est le plus répandu dans les régions pauvres et défavorisées. Dans de nombreux cas, le paludisme contribue lui-même à la pauvreté : les malades alités sont un fardeau qui pèsent sur les ménages et les services de santé, conduisant à des pertes de revenus considérables dans les pays où le paludisme est endémique. Ces souffrances et ces décès inutiles pourraient facilement être évités, car le paludisme est largement détectable et curable.

Alors que 90 pour cent des décès dus au paludisme surviennent en Afrique subsaharienne, la maladie est présente dans presque toutes les régions tropicales où MSF travaille : de l'Éthiopie et de la Sierra Leone, au Cambodge et au Myanmar.

Quelles sont les causes du paludisme?

Le paludisme est une infection parasitaire transmise de personne à personne par la piqûre du moustique femelle anophèle infecté. Ce moustique pique généralement du crépuscule à l'aube.

Une fois transférée dans le corps humain, l'infection se déplace vers le foie où les parasites se multiplient, puis pénètrent dans les globules rouges. À l'intérieur des globules rouges, les parasites se multiplient rapidement jusqu'à passer à travers les parois des cellules sanguines, libérant encore plus de parasites dans le sang.

Il existe quatre espèces principales du parasite du paludisme : Plasmodium falciparum, Plasmodium malariae, Plasmodium vivax et Plasmodium ovale. Le P. falciparum est la principale cause du paludisme grave et des décès.

 

Symptômes du paludisme

Le paludisme commence par un syndrome grippal, les symptômes survenant 9 à 14 jours après l'infection. Les symptômes comprennent de la fièvre (des cycles de fièvre, frissons et sudations peuvent se développer), des douleurs articulaires, des maux de tête, des vomissements et des convulsions. Un coma peut s'ensuivre.

Si le paludisme simple n'est pas traité, il peut s'aggraver : chaque année, environ huit millions de cas de paludisme progressent vers un paludisme grave. La mort causée par le paludisme peut être provoquée par des lésions du cerveau (paludisme cérébral) ou des dommages à des organes vitaux. La réduction du nombre de globules rouges peut provoquer une anémie.

Diagnostic du paludisme

Le diagnostic du paludisme se fait par un test rapide sur bandelette réactive ou par la recherche au microscope du parasite dans un frottis sanguin. Toutefois, les tests rapides ne sont pas toujours disponibles, et la microscopie n'est pas toujours simple. En conséquence, le diagnostic basé sur les symptômes est encore la norme dans une grande partie du monde en développement.

Cela signifie que les patients sont souvent mal diagnostiqués et que les vraies raisons de leurs symptômes ne sont pas traitées. Cela signifie également que les médicaments antipaludéens sont surexploités et gaspillés alors que d'autres patients en ont désespérément besoin.

Traitement du paludisme

Les thérapies combinées à base d'artémisinine (TCA) sont les traitements les plus efficaces contre le paludisme. Les TCA présentent peu de toxicité, peu d'effets secondaires et elles agissent rapidement sur le parasite.

Aujourd'hui, 41 des 54 pays africains ont des protocoles qui recommandent les TCA en traitement de première intention du paludisme. Mais dans de nombreux endroits où MSF travaille, les TCA sont rares. Le besoin mondial en TCA est estimé à entre 300 et 500 millions de traitements par an, alors qu'en 2006, moins de 90 millions de traitements ont été achetés.

Une cure de pilules anti-paludisme pour un bébé peut coûter aussi peu que 40 cents.

Les moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée sont un important moyen de lutte contre le paludisme. Dans les zones endémiques, MSF distribue des moustiquaires aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans, qui sont les plus vulnérables au paludisme sévère.

En 2012, MSF a traité 1 642 800 cas de paludisme.